Non aux bouteilles de lait non recyclables !

26 Jan 2017

 À l’ère de l’économie circulaire, les nouvelles bouteilles de lait font scandale. Non recyclables, ces millions de bouteilles en plastique vont désormais terminer leur vie en incinérateur ou en décharge. Plus grave encore, elles perturbent aussi les chaînes de tri et donc le recyclage des autres types de bouteilles.

 

 

Inaction coupable d’Eco-Emballages

Au-delà de la responsabilité directe des producteurs et distributeurs de lait, Zero Waste Grenoble souligne que la situation révèle les manquements d’Eco-emballages et du ministère de l’environnement, qui l’agrée et le contrôle.

 

Dans le cas de ces nouvelles bouteilles en plastique PET opaque, Eco-Emballages n’a en effet pas rempli l’une de ses principales missions : empêcher le développement d’emballages non-recyclables ou perturbateurs de tri par l’application de malus sur les contributions obligatoires payées par les entreprises. Interpellée par Zero Waste France en décembre, la Ministre de l’environnement Ségolène Royal n’a pour l’heure apporté aucune explication sur fait que ses services n’aient pas exercé leur pouvoir de contrôle d’Eco-emballages.

 

“Nous sommes mis devant le fait accompli, avec des responsables qui nous expliquent que l’on va trouver une solution de recyclage, dans les prochaines années... Ce manque d’anticipation et cette façon de repousser le problème à plus tard ne correspond pas à notre vision ni de l’innovation ni de la “responsabilité élargie des producteurs” (REP)” dénonce Flore Berlingen, directrice de Zero Waste France.

 

Une situation inacceptable pour les citoyens

La décision unilatérale des producteurs et distributeurs de lait de changer de matériau pour leurs bouteilles a deux effets, qui touchent directement les citoyens :

  • Mise sur le marché des millions de bouteilles non-recyclables, qui seront donc incinérées ou mises en décharge, avec des impacts négatifs sur l’environnement et notre santé.

  • Perturbation du tri et du recyclage des autres bouteilles - car les chaînes de tri ne sont pas adaptées pour les détecter, avec des impacts environnementaux, mais aussi économiques pour les recycleurs et à terme les collectivités (ce qui pèsera sur la taxe d’enlèvement des ordures ménagères)

“À l’heure où toutes les grandes marques prétendent s’inscrire dans l’économie circulaire, et que le tri est l’éco-geste n°1 des Français, c’est doublement inacceptable du point de vue des citoyens” résume Flore Berlingen.

 

 

Pour aller plus loin :

  

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now